Carnets de voyage d'un botaniste

By Jean-Marie Pelt

Il y a vingt ans Jean-Marie Pelt publiait avec un franc succès son travel du monde d’un écologiste. Il remet ici ses pas dans les siens, non plus pour dénoncer les déprédations subies par l. a. planète, mais pour nous faire partager l’émerveillement du savant face à l’infinie diversité de sa parure végétale, liée à l. a. disparité des sols et des climats rencontrés.

Son périple le conduit de l’Afghanistan en guerre à l’ensemble du Proche et Moyen-Orient où il cherche en useless l. a. hint des roses d’Ispahan, de l’Afrique subsaharienne où, initié au vaudou, il fait connaissance avec les pouvoirs des plantes hallucinogènes, à ces précieuses réserves que constituent les îles et archipels, des Seychelles aux Maldives, de Maurice aux Canaries, avant de rentrer, tel Ulysse, dans son canton aux trois frontières à deux pas de Schengen, où un " gisement d’orchidées particular par l. a. richesse de ses espèces " donne l’occasion au botaniste d’épiloguer sur les mœurs comparées de ces étranges végétaux et de ce non moins singulier animal qu’est l’homme.

À quatre-vingts ans sonnés, plus « vert » que jamais, Jean-Marie Pelt, « l’homme qui aimait les plantes », livre là toute l. a. mémoire de ses savoirs et de ses émerveillements face à une nature dont il s’est fait l’inlassable défenseur.

Show description

Quick preview of Carnets de voyage d'un botaniste PDF

Best Travel books

A Traveller's Life

A chronicle of travels, a few homely a few unique, from the guy who could make a schoolboy vacation in Swanage as vibrant as a stroll within the Hindu Kush. Eric Newby's lifetime of shuttle begun in 1919, on pram-ride adventures together with his mom into the darkish streets of Barnes and the chaotic jungles of Harrods, and stepped forward to solo, school-bound adventures round the slums of darkest Hammersmith.

Outposts: Journeys to the Surviving Relics of the British Empire

Simon Winchester, struck by means of a unexpected have to become aware of precisely what used to be left of the British Empire, set out around the globe to go to the far-flung islands which are all that stay of what as soon as made Britain nice. He traveled 100,000 miles backward and forward, from Antarctica to the Caribbean, from the Mediterranean to the some distance East, to catch a final glint of imperial glory.

Eat This!: 1,001 Things to Eat Before You Diet

Ian Jackman believes that lifestyles is simply too brief to disclaim your self our nation's real culinary treasures. Guided through foodstuff specialists in the course of the land, he travels from east to west—from small city to important city—uncovering neighborhood treats, responsible pleasures, and a few oddities that no precise meals lover should still leave out. From lobster rolls and buffalo meat to banana cream pies and clam stuffies, Jackman unearths the sinful temptations your style buds crave—and he writes approximately them in a manner that is bound to get any proven foodie salivating!

Finding George Orwell in Burma

A desirable political travelogue that lines the lifestyles and paintings of George Orwell in Southeast AsiaOver the years the yank author Emma Larkin has spent touring in Burma, sometimes called Myanmar, she's come to grasp all too good the various methods this brutal police kingdom will be defined as "Orwellian.

Extra info for Carnets de voyage d'un botaniste

Show sample text content

Leur attract tranche radicalement sur l’élégance raffinée des Persans rencontrés l’année précédente à Téhéran, Ispahan et Chiraz. Les Afghans sont plus frustes, rustiques. Certains semblent même un tantinet farouches. D’autres, plus âgés, arborent de longues barbes sous un regard clair et bienveillant. Les femmes sont invisibles sous leurs tchadri bleu clair, ajourés à hauteur d’yeux, qui les engloutissent de l. a. tête aux pieds. J’ai judgment of right and wrong d’entrer dans un autre monde sans deviner que ces Afghans seront bientôt pour moi comme des frères. Le Kaboul de 1964 n’a rien de related avec les villes que j’ai déjà visitées à travers le Moyen-Orient l’année précédente. Il m’apparaît comme un univers d’un autre temps, encombré de charrettes surchargées que des hommes au faciès mongol, les Hazaras chiites, traînent çà et là. Des ânes et des moutons occupent l. a. chaussée où des voitures sans âge sont rares. los angeles plupart des rues ne sont pas encore macadamisées. Des bus brinquebalants, peinturlurés, emportent autant de voyageurs sur leur toit que dans leur habitacle. Les camions sont richement décorés de peintures, à los angeles manière indienne, et scintillent, l. a. nuit, des mille feux de leurs guirlandes aux ampoules multicolores : de vrais arbres de Noël ambulants dans un can pay qui forget about los angeles Nativité ! Tous se fraient un chemin dans l’indescriptible chaos d’une cité comme subitement sortie du Moyen Âge. Celle-ci est traversée par l. a. rivière Kaboul où sédimentent, à l’étiage, ordures et déchets. Ici ou là, les restes de vieux tcharpoï émergent des filets d’eau douteux : ce sont des sortes de lits formés d’un cadre repairé sur quatre pieds. los angeles ville est coupée en deux par les monts Koh-i-asmani et Tcher Darweza que los angeles Kaboul sépare en s’engorgeant. Les maisons se cachent dans des courées tandis que les enfants s’égaillent en pagaïe entre les moutons et les volailles qui déambulent en liberté dans l’immense caravansérail. L’hôtel Spinzar nous accueille. Sorte d’îlot de modernité dans cette ville médiévale, il vient d’ouvrir. Naïvement, nous demandons une bière, mais on nous répond que l. a. livraison de bière n’arrive que tous les quinze jours de Tchécoslovaquie. Par probability, elle est censée arriver le lendemain, ou le surlendemain. Attendons. Pour l’heure, ce sera donc du thé, encore du thé et toujours du thé ! Grande est notre méfiance vis-à-vis de l’eau et de ces boissons colorées que transportent sur leurs charrettes, exposées en plein soleil, une nuée de petits vendeurs installés à tous les cash de rue. Prudents, nous ne buvons pas une goutte de ces sodas suspects, et pas davantage l’eau proposée sans y avoir dissous nos comprimés d’hydroclonazone. los angeles bière tarde encore à venir, mais, un soir, on nous l’annonce. Nous emportons plusieurs canettes dans notre chambre. los angeles suite fut moins plaisante : en les décapsulant, un jet puissant envoya tout le contenu en l’air avant de le répandre sur le sol. Nous avions oublié que le breuvage avait voyagé en educate pendant plusieurs semaines, en plein été, dans cette Asie centrale où l. a. température dépasse souvent les 45°.

Download PDF sample

Rated 4.18 of 5 – based on 45 votes