Comment j'ai appris à lire

By Agnès Desarthe

« Apprendre à lire a été, pour moi, une des choses les plus faciles et les plus difficiles. Cela s’est passé très vite, en quelques semaines ; mais aussi très lentement, sur plusieurs décennies. 
Déchiffrer une suite de lettres, l. a. traduire en sons fut un jeu, comprendre à quoi cela servait fut une traversée souvent âpre, et, jusqu’à l’écriture de ce livre, profondément énigmatique. »

Comment apprend-on à lire ? remark notre désir de lecture peut-il être entravé ? remark l’écriture peut-elle rendre meilleur lecteur ? Cheminant à travers ses souvenirs, Agnès Desarthe mène une enquête passionnante, puisant au coeur d’un mystery : celui de n’avoir pas aimé lire pendant longtemps.

Show description

Preview of Comment j'ai appris à lire PDF

Similar Memoir books

Roll Me Up and Smoke Me When I Die: Musings from the Road

You will not see no unhappy and teary eyes while i am getting my wings, and it truly is my time to flyJust name my pals and inform them there is a occasion, come on bySo simply roll me up and smoke me whilst I dieIn Roll Me Up and Smoke Me whilst I Die, Willie Nelson muses approximately his maximum impacts and celebrates the relatives, associates, and co-workers who've blesses his impressive trip.

Bad Kid: A Memoir (P.S. (Paperback))

Packed with the track and pop culture of the late-eighties and early-nineties, this refreshingly sincere and hilarious coming-of-age memoir from comic, storyteller, and The Moth host David Crabb tells a universally resonant tale approximately growing to be up homosexual and Goth in San Antonio, Texas. In the summer season of 1989, 3 Goth young children crossed a road in San Antonio.

Living My Life (Penguin Classics)

Anarchist, journalist, drama critic, recommend of contraception and unfastened love, Emma Goldman was once the main famous—and notorious—woman within the early 20th century. This abridged model of her two-volume autobiography takes her from her birthplace in czarist Russia to the socialist enclaves of Manhattan’s reduce East aspect.

What's That Pig Outdoors?: A Memoir of Deafness

 Henry Kisor misplaced his listening to at age 3 to meningitis and encephalitis yet went directly to excel within the so much verbal of professions as a literary journalist. This new and accelerated version of Kisor's engrossing memoir recounts his lifestyles as a deaf individual in a listening to international and addresses heartening adjustments over the past twenty years as a result of the americans with Disabilities Act of 1990 and developments in cochlear implants and modes of verbal exchange.

Extra resources for Comment j'ai appris à lire

Show sample text content

Je lui écris comme on écrit à quinze ans, en ne parlant que de moi. Je lui envoie des textes. J’en ris encore. J’attends une réponse et je n’en attends pas. Je l’aime comme on aime à quinze ans, si activement, avec une telle saturation du sentiment que le retour importe peu. J’ai avalé Marguerite Duras. Je suis Marguerite Duras. M. D. que je m’amuse aujourd’hui à considérer comme mes initiales secrètes : Madame Desarthe. Je ne prétends pas écrire comme elle. Je n’ai jamais essayé. Je ne le souhaite pas. J’en suis incapable. J’aime qu’elle soit là, complètement différente de ce que je suis, petite quand je suis grande, morte quand je suis vivante, économe quand je suis dispendieuse (je parle de mots), précise quand je suis imprecise, élégante quand je suis gauche, tranchante quand je suis mièvre, honnête quand je mens, sûre d’elle quand je doute. Et puis soudain, comme quand on a quinze ans, je ne pense plus du tout à elle. Je lis Albert Camus. los angeles Peste, l’Étranger, Noces. Encore un conseil de mon père. Peu de temps après, j’entends dire par je ne sais qui que Camus c’est lourd, puis par los angeles même personne, ou par une autre, que Duras, c’est ridicule. Je ne sais remark les défendre, remark faire face, une lâcheté s’empare de moi. Je ris avec les railleurs, je n’ose clamer combien je les ai aimés, combien je les aime. J’ai honte. Sans doute me suis-je trompée. Voilà ce que c’est que de ne pas lire : on manque de discernement, on se laisse piéger. Je fais encore une fois l’expérience répugnante de l. a. lecture comme acte social, comme acte mondain. J’en viendrais presque à renoncer de nouveau, plus castle encore, à ce fichu passe-temps. Faulkner, par hasard, me sauve. Je suis en cours d’histoire. Les murs verts au troisième étage du lycée Claude Monet. Je m’ennuie. J’ai un problème avec l’histoire : j’ai toujours l’impression d’avoir raté le début, je suis convaincue que pour comprendre Louis XVI, il faudrait savoir qui était Louis XV, Louis XIV et ainsi de suite jusqu’à Louis Ier. Mais je n’ai jamais entendu parler de Louis IV ni de Louis VII. Je vois bien qu’il me sera very unlikely de rattraper ce retard. Je m’ennuie, disais-je, et je m’abîme dans l. a. contemplation du merveilleux vert mat des murs, un vert anglais, pensé-je, et peut-être cela évoque-t-il le quantity qui se trouve dans mon sac. Un écrivain avec un nom anglais, même si c’est un Américain. William Faulkner. J’ai pioché ce livre dans l. a. bibliothèque de los angeles maison à reason du titre : Le Bruit et l. a. Fureur. Je me sens très proche de ce titre. Il exprime parfaitement mon état d’âme. Je le sors discrètement de mon cartable en cuir naturel acheté en Grèce et qui despatched los angeles chèvre. Je l’ouvre sur mes genoux, sous le pupitre, et je découvre un monde en chute libre, comme Alice jetée tête l. a. première dans le terrier du lapin : cela va trop vite, c’est trop confus, mais on ne peut interrompre l. a. chute, very unlikely de ralentir, very unlikely de s’arrêter. J’ai beau chercher, je ne retrouve rien d’autre que ce most effective sentiment : l. a. matité du mur vert, l. a. sensation de vitesse et d’égarement.

Download PDF sample

Rated 4.23 of 5 – based on 23 votes